On discute aujourd’hui des effets de la météo et du climat sur la santé humaine en relation avec un possible changement de climat, ou des phénomènes comme El Niño. L’existence de l’homme peut être menacée par d’importantes intempéries et par leurs conséquences, comme perte de récolte, pénurie d’eau ou épidémies. Les conditions atmosphériques influencent la croissance et le développement de pratiquement tous les êtres vivants. Là aussi, on constate que le temps et le climat ont un impact sur l’homme et sa santé. Influences météorologiques directes et indirectes peuvent être différenciées.

Influences directes

On pense ici aux phénomènes météorologiques extrêmes, comme les tempêtes (ouragans), la chaleur ou le froid extrêmes, la sécheresse, ou à des catastrophes directement liées aux conditions météorologiques comme les avalanches ou les inondations. La santé, voire la vie de l’homme, sont ici mis en danger. Autre facteur dommageable: un rayonnement UV trop élevé. Dans ce cas particulier, on peut constater une augmentation du taux de cancers de la peau et de cataractes. Parmi les influences directes, on peut aussi compter la “sensibilité au temps”. 30 à 50% de la population souffre des effets de certaines situations météorologiques, les plus “fameuses” étant le foehn, la bise, ainsi que d’une manière générale les changements de temps. Les symptômes sont divers. On suppose que le temps peut agir comme un facteur de stress supplémentaire, que l’organisme humain a besoin d’une adaptation à une modification des conditions atmosphériques (changement de temps).

Influences indirectes

La santé humaine est influencée par le temps de manière indirecte par le biais d’agents pathogènes, d’allergies ou en cas de pollution de l’air. Nombre de vecteurs de maladies dépendent des conditions météorologiques. On connaît bien l’exemple de la malaria, qui est véhiculée par un insecte, le moustique anophèle. Le développement et la prolifération de cet insecte sont très dépendants de la température. La diffusion de la pollution est également étroitement liée à la météorologie. La pollution a elle-même un effet négatif sur les maladies des voies respiratoires, comme l’asthme ou la bronchite chronique. Quant aux allergies, elles peuvent notamment être suscitées par les pollens, les spores de champignons ou les acariens, véhiculés dans l’air en plus ou moins grandes quantités selon les situations météorologiques.

Influences positives

Les influences négatives ne devraient pas faire oublier les effets positifs du temps et du climat. On connaît depuis des siècles l’effet bénéfique d’une cure à la montagne ou en bord de mer. Des éléments métérologiques comme le rayonnement solaire, le vent ou la température sont des stimulants pour l’organisme. Une certaine dose de rayons UV est même nécessaire à la santé (formation de la vitamine D).